Un achat immobilier grâce au crédit hypothécaire

Un emprunt pour vos projets

pret-immobilier

Vous souhaitez acheter un bien immobilier, faire construire une maison, rénover une ancienne ou une nouvelle habitation ou encore transformer un logement ? L’immobilier est un secteur cher où les prix ne cessent de grimper. Il est donc nécessaire de contracter un prêt pour financer votre projet.

Pour vous aider dans cet investissement et ainsi concrétiser votre rêve, le crédit hypothécaire apparaît comme la meilleure solution. Vous n’êtes pas très familier avec les modalités ? Vous désirez en apprendre davantage sur le sujet ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur ce type d’emprunt dans notre article détaillé.
 

Crédit hypothécaire : qu’est-ce que c’est ?

Avant de comprendre comment il peut vous être utile, il est primordial de savoir ce qu’est le crédit hypothécaire. Il s’agit d’un contrat conclu entre votre banque ou votre compagnie d’assurance et vous. Vous vous engagez donc à rembourser chaque mois une somme définie (le capital) ainsi que les intérêts. En d’autres termes, vous empruntez une partie des fonds nécessaires à l’achat d’un bien immobilier auprès d’un organisme financier.

Sachez également qu’une fois ce prêt contracté, la société de crédit ou la banque fera hypothéquer votre logement. Il s’agit pour ces organismes d’un gage qui leur garantit de récupérer l’argent prêté à la fin du contrat.
 

Quels sont les types de crédits ?

Le crédit hypothécaire ne prend pas une forme unique, il se décline selon vos besoins et vos capacités de remboursement.

  • Avec amortissement du capital : modèle le plus courant, il consiste à payer chaque mois le même montant (une partie du capital et les intérêts)
  • Avec reconstitution du capital : souscrit auprès d’une société d’assurance, il offre la possibilité de verser chaque mois une prime permettant de reconstituer le capital emprunté à l’échéance. Sachez toutefois que cette formule comporte plus de risques.
  • Le crédit pont : également appelé crédit hypothécaire à terme fixe, il sert de relais entre la vente d’un bien immobilier et l’acquisition d’un autre. En résumé, vous remboursez votre prêt jusqu’à la vente de votre habitation actuelle. Une fois vendue, vous mettrez un terme à votre crédit grâce aux recettes de cette vente.

Une autre formule est également recommandée dans certaines situations. Le regroupement de crédits vous permet en effet d’alléger vos charges mensuelles en rassemblant votre crédit hypothécaire avec vos autres prêts. Vos emprunts seront ainsi réunis en un seul dossier. Cette option offre de nombreux avantages : simplifier votre gestion financière grâce à un prélèvement unique par mois, conserver vos avantages fiscaux, garder la même durée de prêt, réduire le montant de vos mensualités et votre taux d’intérêt. Contactez votre conseiller financier pour en apprendre davantage sur le regroupement de vos crédits.
 

Les garanties et assurances

Contracter un crédit hypothécaire n’est pas une opération sans risque. Il est donc impératif d’apporter des garanties au prêteur et de souscrire des assurances. Il aura alors la certitude de récupérer son argent même si vous n’êtes plus en mesure de payer vos mensualités.
 

L’hypothèque

Pour avoir accès à ce type d’emprunt, le prêteur vous demandera systématiquement de mettre en garantie le bien immobilier que vous achetez, construisez ou rénovez. Il s’agit pour lui de la certitude de récupérer son argent et les intérêts peu importe l’évolution de la situation. Sachez que vous pouvez également proposer à votre banque d’hypothéquer d’autres biens comme un second logement, un magasin ou encore un bateau.

Cette étape est indispensable pour l’organisme financier, car si vous ne parvenez plus à rembourser pour quelque raison que ce soit, il pourra mettre en place une procédure bien définie. En effet, il aura l’autorisation de saisir le bien et de le mettre en vente. Grâce au produit de cette vente, il pourra ainsi récupérer les montants qui lui sont encore dus et les éventuelles pénalités. Cependant, cette modalité ne doit pas vous effrayer : seuls les cas réellement problématiques en arrivent à de telles extrêmes. En cas de changement dans votre situation financière, prévenez immédiatement votre courtier afin de discuter d’une solution de refinancement qui vous convient.
 

L’assurance habitation

Aussi appelé assurance incendie, elle permet de protéger la valeur de votre habitation et de son contenu en cas de sinistre involontaire (incendie, tempête, dégâts des eaux…). Elle vous protège également en cas de dommages causés par votre logement auprès de tiers. Par exemple, si une tuile tombe malencontreusement sur la voiture de votre voisin ou si l’incendie s’étend à d’autres maisons, vous serez alors couvert.

Cette assurance n’est pas obligatoire d’un point de vue légal, mais elle est vivement conseillée. Vis-à-vis du prêteur, elle est également très utile puisqu’elle permet de plus d’assurer le bien mis en garantie.
 

L’assurance solde restant dû

Mieux connue sous le nom d’assurance décès, elle permet de mettre vos héritiers à l'abri des soucis financiers si vous perdiez la vie avant l’échéance du prêt. En effet, en cas de décès avant la fin du crédit hypothécaire, la compagnie d’assurance sera tenue de payer le solde restant de votre emprunt.
 

Les taux d’intérêt

Partie à part entière du crédit hypothécaire, le taux appliqué à l’emprunt détermine le montant à payer en plus. En d’autres termes, il définit les intérêts que vous devez ajouter au capital. Il peut prendre différentes formes : fixe, variable, mixte.
 

Le taux fixe

Défini à la signature du contrat, ce taux s’applique et reste inchangé pour toute la durée du crédit. Il offre ainsi une sécurité importante puisque vous connaissez à l’avance le prix des mensualités.

Il s’agit donc d’un choix financier très intéressant lorsque les taux sont bas. En effet, si les taux d’intérêt sur le marché venaient à augmenter, votre crédit ne serait alors pas affecté. Toutefois, si vous souscrivez ce type de formule lorsque les taux d’intérêt sont élevés, vous serez alors coincé avec un taux peu avantageux lorsque ceux du marché seront revus à la baisse.
 

Le taux variable

Dans ce cas, le taux est fixé à la souscription du crédit et sera ainsi adapté en fonction de l’évolution de l’indice de référence. Il sera soit revu à la hausse soit à la baisse et ce, plusieurs fois sur la durée de l’emprunt.

Ce système est donc plus risqué, car si les taux du marché augmentent, vous devrez alors débourser plus chaque mois. Toutefois, il a l’avantage d’être moins onéreux lors de la signature du contrat. Il est donc intéressant de choisir cette solution variable lorsque les taux du marché sont élevés avec l’espoir de les voir baisser. Sachez également que la loi prévoit certaines conditions. En effet, lors d’une hausse, un taux peut au maximum doubler. En revanche, lors d’une baisse, il peut uniquement descendre jusqu’à 0%.
 

Le taux semi-variable

Également appelé taux mixte, cette formule permet d’avoir une mensualité fixe pendant un certain nombre d’années. Le taux est ensuite revu à la hausse ou à la baisse selon l’indice de référence du marché. Il est conseillé d’opter pour ce système lorsque les taux du marché ne sont pas stables.
 

La durée

La durée d’un prêt a un impact direct sur le montant des mensualités ainsi que sur le coût total de l’emprunt. Il est donc vivement recommandé de choisir une durée en adéquation avec votre situation financière actuelle. N’oubliez cependant pas d’anticiper de quoi demain sera fait, que ce soit en positif comme en négatif.

En moyenne, la durée d’un prêt varie entre 10 et 30 ans en fonction de vos besoins et de vos moyens. Notez que plus le crédit s’étale dans le temps, plus la mensualité à rembourser sera réduite. Toutefois, plus il est long, plus les intérêts seront conséquents et l’assurance solde restant dû onéreuse.
 

Le montant

Avant de vous octroyer de l’argent, le prêteur doit s’assurer que vous êtes en mesure de rembourser cette somme. Pour ce faire, il tiendra compte de différents éléments.

  • Vos revenus mensuels nets et donc le montant que vous serez capable de rembourser chaque mois. En règle générale, ce total mensuel ne dépasse pas un tiers de revenus.
  • La quotité, à savoir le rapport entre le montant emprunté et la valeur de l’habitation. Cette donnée est établie après l’évaluation de votre institution financière.
  • Les garanties apportées à la banque pour qu’elle puisse se couvrir en cas de non-remboursement de votre part. En d’autres termes, il s’agit de l’hypothèque.
  • La durée du crédit ainsi que les taux d’intérêt fixés.

En outre, il faudra prévoir à cela d’autres frais uniques. Le premier concerne les frais de dossier et d’expertise. Ils oscillent entre 300 et 800€ en fonction du type de crédit. Notez aussi qu’ils ne sont pas récupérables si, pour une raison quelconque, le crédit venait à ne pas se faire. Il faudra aussi ajouter les honoraires et les frais de notaire. En effet, ce type de prêt doit impérativement être signé devant un notaire. Il doit donc être rémunéré pour toutes les tâches qu’il réalise (rédaction du compromis de vente et de l’acte d’achat, intermédiaire avec l’autre partie, travail de recherches, etc.). Enfin, prenez également en compte les différentes taxes comme le droit d’enregistrement, le droit d’hypothèque et la TVA éventuelle. Sachez que le droit d’enregistrement varie en fonction de la région où se situe le bien et du revenu cadastral.
 

Prenez votre temps

Vous l’aurez compris, souscrire un crédit hypothécaire n’est pas un acte à réaliser à la légère. Il demande au contraire réflexions et conseils d’expert, car comme dit le dicton « emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent ». Il est donc primordial de s’informer en amont et ne pas hésiter à consulter plusieurs intermédiaires et conseillers en crédit. En effet, chaque courtier propose des conditions et des taux différents. Une fois votre partenaire choisi, vous pourrez ainsi brandir l’argument de la concurrence pour améliorer les conditions proposées.

Par ailleurs, pensez à bien définir votre projet de A à Z avant de souscrire ce genre de crédit. En effet, il s’agit d’un investissement qui vous accompagne pendant de nombreuses années. Il est donc important de se poser les bonnes questions afin de choisir la meilleure solution pour vous. Lorsque vous contactez un expert en crédit, abordez également le droit aux avantages fiscaux. En effet, en région wallonne, un chèque habitat d’un montant variable est accordé selon les revenus et la taille du ménage.